Changer la taille des caractères :   agrandir agrandir diminuer
Actualités
 
Offres de stage 2020 
En savoir plus
 
Rapport d'activité 2018 
En savoir plus
 

Résultats qualité physico-chimique

La qualité physico-chimique de l'eau est relativement dégradée sur le bassin versant du Semnon.

Les principaux facteurs de dégradation de la qualité de l'eau sont les nitrates et l'érosion des sols qui provoque l'entrainement de nombreuses particules en suspension dans les cours d'eau. Pour bien connaître les molécules présentés dans les cartes ci-dessous, vous pouvez consulter la partie "paramètres physico-chimiques suivis".

LES NITRATES A L'EXUTOIRE DU SEMNON (avant la confluence avec la Vilaine) :



Ce graphique présente l'évolution des concentrations de nitrates dans le Semnon, à l'aval, juste avant la confluence avec la Vilaine.
Les pics de concentration en nitrates sur le Semnon sont liés aux débits, l'hiver les concentrations sont beaucoup plus importantes (lessivage des sols). Aucune évolution tendancielle n'est aujourd'hui remarquée sur le bassin versant et les dépassements des limites fixées par l'Europe (50 mg/L) ou le SAGE (40 mg/L) sont fréquents.


Ce graphique présente les flux de nitrates à l'exutoire du Semnon, avant la confluence avec la Vilaine, depuis 2001. En bleu, ce sont les flux annuels en kg de nitrates par hectare par an. En orange, les flux sont pondérés par l'hydraulicité, c'est-à-dire qu'on considère qu'il pleut la même quantité d'eau tous les ans à partir des données sur la pluviométrie depuis 2001. Les flux pondérés permettent de comparer les années entre elles, indépendemment de la météo.
En moyenne, chaque année 16 kg de nitrates sont perdus par hectare entre 2001 et 2018, ce qui représente 792 tonnes de nitrates provenant du bassin versant du Semnon se rejettent dans la Vilaine.

LES RESULTATS QUALITE SUR LE BASSIN VERSANT :

BILAN DE L'ANNEE 2018 : PARAMETRES NITRATES, AMMONIUM, ORTHOPHOSPHATES et PHOSPHORE TOTAL

Les résultats sont exprimés en percentile 90 (P.90) car c'est ce qui est demandé par la Directive Cadre sur l'eau. Pour obtenir le P.90, on retire les 10% des valeurs les plus élevées mesurées dans l'année et on prend celle la plus forte une fois les 10% écartés. Cette valeur donne une idée de la situation critique rencontrée sur le territoire, en ayant retiré auparavant les valeurs exceptionnelles.
Cette carte met en évidence des concentrations en nitrates élevées (qualité mauvaise à très mauvaise), marqueurs notamment d'une activité agricole developpée sur le territoire. Le Choisel montre des concentrations en ammonium et orthophosphates non négligeables, cela marque soit un dysfonctionnement au niveau de l'assainissement, soit un problème d'érosion.
 
LES PESTICIDES :
 
 

Ce graphique présente les concentrations en molécules de produits phytosanitaires retrouvées dans le Semnon à l'exutoire, avant la confluence avec la Vilaine, depuis octobre 2010. Au dessus de chaque barre d'histogramme, le chiffre en gras indique la somme de toutes les molécules (en microgrammes par litres - µg/L).

Pour information les normes eau potable sont : maximum 0,1 µg/L par molécule, et maximum 0,5 µg/l en somme des molécules.

On observe des concentrations totales en molécules qui augmentent depuis 2018, ceci s'explique par un suivi plus poussé, en effet les laboratoires ont la capacité technique de détecter davantage de métabolites : ASDM, Métazachlore ESA et OXA, Métolachlore ESA et OXA, Diméthénamide ESA et OXA, Dimétachlore ESA (les métabolites sont les molécules de dégradations de substances actives appliquées).

Le tableau ci-dessous présente la fréquence de détection des principales molécules trouvées  ainsi que leurs applications :